vendredi 31 octobre 2014

01/11 - VACCIN CONTRE LA GRIPPE. 
ALERTE!
 7 personnes sur 10 ne font pas confiance au vaccin 
contre la grippe...et elles ont bien raison!
Des infirmières de Boston s’opposent à la vaccination antiparallèle obligatoire.
Le but des laboratoires pharmaceutiques de la Cabale
n'est pas le bien être de l'humanité, mais, 
une question de fric et de dépopulation
La Cabale a empoisonné nos enfants et détruit leur cerveau.
OUVRONS LES YEUX et AGISSONS, il y a des solutions!


Les 2 femmes que vous allez voir sont admirables et ce témoignage très émouvant. Quelle VÉRITABLE AMOUR entre ces 2 êtres !!!! C'est le but de notre mission sur terre : que toutes ces souffrances nous amènent à l'Amour Inconditionnel. Même en le sachant, ça n'en est pas moins douloureux.

Voici ce qui PEUT arriver après une vaccination antigrippale. Joan, une infirmière, en était à sa deuxième injection annuelle antigrippale quand tout a basculé…

La vie tragique d'une ex-infirmière après un vaccin antigrippal

Pour Joan, le Guillain-Barré est bien plus qu'un terme médical... découvrez 5 minutes de son calvaire quotidien avec cet extrait final d'une l'interview de 45 minutes réalisée par Barbara Loe Fisher, présidente du National Vaccine Information Center (NVIC) et consultable intégralement ici:



* * * *

«Mort subite du nourrisson» une expression trouvée pour ne pas expliquer le problème lié aux vaccins.

Rappelons que la médecine ne doit nuire en aucune façon selon les termes du serment d’Hippocrate. Mais, les médecins sont payés, récompensés, menacés, tout comme nos « scientifiques » et nos hommes politiques !
Il faudrait arrêter de se mettre au garde à vous devant les médecins qui ne sont que des commerciaux formés par les labos et les mettre devant leur devoir qui consiste à nous protéger de la maladie. Je l'ai fait pour ceux de mon quartier. Ils se sont mis en retraite.

Lettre type pour refuser la vaccination auprès des autorités
« Avec une politique de profit à tous crins, nous avons ruiné la santé
d’une génération d’enfants, ainsi que les espoirs et les rêves » :
-          d’1 enfant sur 87 (autisme),
-          de 15% d’enfants atteintes de troubles de l’attention,
-          d’1 enfant sur 6 souffrant de troubles de l’apprentissage,
-          d’1 enfant sur 9 souffrant d’asthme,
-          d’1 enfant sur 50 souffrant de diabète insulinodépendant,
-          d’1à 2% d’enfants décédés (mort subite du nourrisson),
-          de 250.000 vétérans de la guerre du golfe atteints de maladies  chroniques avec 40.000 décès (même parmi les soldats qui n’ont pas quitté le pays.)
Faites connaître ceci aux enseignants qui se plaignent des troubles d'"inattention" des élèves, ce qui ajoute à leur souffrance, sans connaître l’origine de toute cette destruction de la vie de nos enfants que nous sommes censés protéger.

Près de 2.000 personnes souffrent actuellement de graves maladies neurologiques, ou sont décédées, et les victimes accusent le vaccin contre l'Hépatite B, (Éric GIACOMETTI, La santé Publique en otage, Éd. Albin Michel). 
Des plaintes pour empoisonnement et administration de substances nuisibles à la santé ont été déposées, notamment à l'encontre de ceux qui ont obligé les victimes à recevoir un vaccin tant inefficace que dangereux. Elles sont actuellement centralisées chez un Juge d'Instruction à Paris.
Malheureusement, une étude approfondie de cette question, montre que tous les vaccins sont concernés, et pas seulement celui contre l'Hépatite B.  Alors que la quasi-totalité des pays d'Europe, a supprimé les vaccins obligatoires, la France (1er pays producteur mondial de vaccins), en a maintenu 4, malgré les protestations de milliers de scientifiques de tous bords, criant à l’empoisonnement collectif, devant leur dangerosité, et surtout leur inefficacité. 
Voilà plus de 20 ans, que des médecins, biologistes, etc. du monde entier, tentent d'alerter les pouvoirs publics pour leur donner des informations extrêmement graves concernant les vaccins :
- Des épidémies de coqueluche aux U.S.A. ont atteint des centaines d'enfants vaccinés contre la coqueluche, _Des épidémies de polio dans le monde entier ont touché des milliers de personnes, pourtant correctement vaccinées,_En 1993, 100 infirmières des Hôpitaux de Paris, atteintes de tuberculose, avaient toutes reçu le B.C.G. etc.

Des scientifiques du monde entier semblent dire aujourd'hui :
- Que les produits appelés « vaccins » seraient totalement inefficaces,
- Qu'ils seraient dangereux, responsables de scléroses en plaques, encéphalites, méningites, maladies neurologiques.

Fabriqués avec du sérum de veau, des cellules cancérisées, et de l'hydroxyde d'aluminium à des doses 30 fois supérieures au seuil maximum de toxicité, ainsi que de dérivés du mercure, ils ont pour effet général de baisser nos défenses immunitaires, et pourraient être liés à l'apparition du Sida, _Que souvent, même, ils nous transmettraient les maladies qu'ils sont censés prévenir !
- Que l'on nous aurait menti depuis 50 ans au moins, pour des raisons sordides et honteuses, en nous faisant croire, notamment, que les vaccins auraient enrayé les épidémies.

Or, il semblerait que l'arrêt des épidémies n'ait rien à voir avec les campagnes de vaccination.
Ainsi, 1.200 personnes ont été victimes de la Polio en France, en 1956, année où la campagne de vaccination a débuté. Et, en 1957, la France a connu plus de 4.000 cas.
Personne, d'ailleurs, n'est capable d'expliquer pourquoi les épidémies de peste et de choléra du Moyen Âge, de suette picarde (qui a sévi de 1718 à 1906), et plus récemment, de scarlatine, se sont arrêtées sans vaccin, et sans décimer toute l'humanité...
Ces informations sont extraites de nombreux articles de presse et, notamment, d'environ 40 ouvrages dont je vous remets la liste en annexe. Je précise que ces ouvrages sont en vente depuis plus de 10 ans dans les librairies et les FNAC, et aucun d'entre eux n'a fait l'objet du moindre démenti.
La lecture de simples citations extraites de ces ouvrages, conduit tout lecteur, à la conclusion incontournable, suivant laquelle les enfants sont victimes d'un empoisonnement collectif, et qu'il est plus que temps de réagir.
En outre, tous les ans, des centaines de médecins, adressent des pétitions au Ministère de la Santé, afin que cesse ce qu'ils considèrent être un véritable empoisonnement collectif n'ayant pour but que le profit, et pas du tout la SANTÉ…PUBLIQUE.
Ces médecins dénoncent le fait que la quasi totalité de leurs confrères sont dans l'ignorance totale de ces informations, car l'information médicale en France passe entièrement par les laboratoires pharmaceutiques.
Ces médecins indiquent également qu'une vaccination n'est pas un acte banal, et qu'un certain nombre de précautions sont, de toutes manières, obligatoires, conformément, notamment, à l'Arrêté du 28 février 1952.
Or, jamais une seule vérification n'est proposée aux enfants, ce qui procède d'une négligence criminelle.

- Un vaccin est une substance « préparée à partir de microbes, virus ou parasites qui, inoculés à un individu lui confère une immunité contre le germe correspondant ».
- Les substances inoculées aux enfants contre leur gré et celui des parents, sont, de toute évidence, des substances qui ne confèrent pas l'immunité, puisque les scientifiques nous démontrent aujourd'hui que de nombreux enfants vaccinés, ont, néanmoins, contracté la maladie.
- Ces substances, en outre, sont toxiques, puisqu'elles entraînent des effets secondaires graves, parfois mortels.
- Ces substances ne sont donc pas des « vaccins », mais réellement des faux vaccins.
Ainsi, le fait d'imposer l'administration de produits toxiques inutiles à des enfants constitue le délit de mise en danger de la vie d'autrui, et peut, à long terme, constituer le crime d'empoisonnement ou administration de substances nuisibles.

VOUS AVEZ DE L'AIDE, DE L'ARGUMENTATION POUR ENFIN VOUS DÉFENDRE !
Ici,
-  le genre de courrier que vous pouvez envoyer à une directrice d’école de crèche à un employeur qui exige que vous fassiez la preuve de vos vaccinationMais une simple lettre suffit en les mettant face à leurs responsabilités en cas de problème.
-  de très nombreux livres de personnes très bien informées sur les dangers des vaccins.


* * * *

Alors FAITES SUIVRE, évitez ces catastrophes !

Pour le H1N1 nous avons gagné la bataille. Il était prévu d'enfermer dans des camps ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner et pire ! Nous sommes plus nombreux et bien plus fort qu'eux si nous nous unissons. ALERTEZ. Chez moi, il ont organisé la vaccination par des infirmière, en série, à la pharmacie du quartier. NE SOYONS PLUS DES MOUTONS!

Les enfants savent, ils ont encore leur instinct à cet age ! 

* * * * * *

Ce que nous devons à la vaccination : 
  • la grippe espagnole, 
  • le sida (contaminés par un vaccin) qui visait la race africaine, 
  • le SRAS qui visait les asiatiques, 
  • ebola à nouveau les africains (injection de la croix rouge ONG de la CIA), mais aussi dans le but d'instaurer enfin la loi martiale aux USA, 
  • la stérilisation des population (vaccin du Tétanos entre autres) merci Bill Gates ce grand bienfaiteur de l’humanité sont le fait des vaccins, arme utile pour la dépopulation contrôlée.(voir le monument des Georgia Guide Stones)......

ainsi que la destruction, au berceau, de votre système immunitaire qui nous rend malade à vie ce qui leur rapporte tant !

Quand ils le veulent, grâce au vaccin contre la grippe, ils peuvent contaminer une grande partie de la population.

Ils nous préparent encore un sale coup.
La mystérieuse disparition de 2 349 tubes contenant du virus SRAS


Sylvie Simon
Ici un article de Sylvie Simon qui a consacré sa vie à nous alerter. Elle vient de nous quitter. Comme les personnes de son age qui n’ont pas été vaccinées, elle n’a jamais été malade. Vous avez aussi le témoignage de Colline Serreau (voir ses films merveilleux, dont « solutions locales pour un désordre global).
A partir des années 50 arrivent les labos et l’interdiction de se soigner par des moyens peux onéreux, naturels et efficaces. Obligation de tuer nos terres et notre alimentation (monsento), notre air avec le pétrole, de prendre le risque du nucléaire, tout ça pour leur profit et notre extermination lente, mais assurés et notre mal vivre.….
Le moment est arrivé de nous réveiller et de ne plus accepter cet esclavage et ce massacre.
Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins :
Les vaccins ne sont pas des médicaments et sont destinés à des êtres en bonne santé dans le but de prévenir une maladie hypothétique. Aussi, il serait normal que tout candidat aux vaccins reçoive une information honnête, précise et complète, sur les risques de la maladie dont il veut se protéger, mais aussi sur les risques qu’il court en se faisant vacciner.
Vous trouverez de nombreux articles, livres et vidéos de Sylvie Simon.

* * * * * *


Bill Gates’ Polio Vaccine Program Caused 47,500 Cases of Paralysis Death


Bill Gates, les vaccins pour réduire la population :


Comme vous devez le savoir, j'ai vécu en Inde où j'ai vu tout cela, ce qui m'a confirmé ce qui se passait en France plus discrétement !!!
Vaccins : L’Inde poursuit la Fondation Bill et Mélinda Gates pour avoir testé sans leur consentement des vaccins sur des enfants ( lls auraient provoqué 10 000 décès liés à la vaccination rien qu’au Pakistan) !


* * * * * *
Mes anciens articles  :
27/10 - MOURIR SUR ORDONNANCE :

Epidemie D'ebola, opération sous Faux Drapeau

L’ebola n’est pas réel.


Ebola suite. Le cdc (centre de contrôle et de prévention des maladies d’Atlanta),

le NIH et Bill Gates détiennent les brevets des vaccins existants d’ebola :

on se rapproche des vaccinations obligatoires !

Autisme et vaccins - pas vaccinés et en bonne santé


25/04 - stop aux vaccins ! les vaccins - protection, prévention ou acharnement meurtrier !

Nous avons peur de la maladie alors que nous devrions avoir peur des vaccins !

04/05 - Retour de l'eugenisme ?  par le vaccin, l’alimentation, les médicaments…
Par Vandhana Shiva d’Inde

Ces laboratoires pharmaceutiques qui fabriquent des malades?

Un médecin parle - livres Du Dr Sauveur Boukris :

- la fabrique de malades : ces maladies qu’on nous invente

- Ces médicaments qui nous rendent malades

Vaccination –L’erreur médicale du siècle

21/04 - fin programmée des labos pharmaceutiques - savants maudits et chercheurs exclus
PIERRE LANCE parle des découvertes  qu'on nous a cachées


01/05 - PRODUITS MIRACLES contre le PALUDISME

et bien plus..... !!
Si c'était vrai ça se saurait ! Justement, NON ! 
Les labos font tout pour étouffer cette information.
Vous savez ce qu'il vous reste à faire.
Voir en fin d'article :

- Plus simple ! Organiser sa vie pour ne pas tomber malade.

- POURQUOI LES VACCIN SONT DANGEREUX ET INEFFICACES.

* * * * 

Dans beaucoup d’hôpitaux aux USA, les infirmières qui refusent la vaccination obligatoire contre la grippe sont tenues de porter un masque pendant toute la saison de la grippe.

Commentaires de l’éditeur de «Health Impact News », 21 octobre 2014

Le mois dernier (septembre 2014), L’Association des Infirmières du Massachussetts a déposé plainte contre l’hôpital «Brigham and Women» par rapport à une nouvelle politique qui exige, comme condition d’emploi, que les infirmières reçoivent le vaccin annuel contre la grippe.

Les infirmières ont bien entendu été critiquées par l’establishment médical. Elles ont été accusées de faire passer leurs propres intérêts avant les besoins des patients. Lynn Nicholas, présidente de l’Association Hospitalière du Massachussetts,a déclaré que les infirmières : «faisaient passer leurs petites préoccupations personnelles avant la sécurité et le bien-être des patients dont elles ont la charge, de leurs familles, des visiteurs, ainsi que de leurs collègues.»

Leurs petites préoccupations personnelles ? Vraiment ?

Lorsque des infirmières partout aux Etats-Unis et au Canada sont prêtes à sacrifier leurs emplois et leurs carrières pour échapper au vaccin antigrippal annuel, il est grand temps que l’opinion s’émeuve. C’est évidemment beaucoup plus qu’une petite préoccupation personnelle.

Trish Powers qui représente les infirmières «Brigham» à Boston a riposté par un commentaire publié dans le «Boston Globe» et intitulé : Les infirmières Brigham savent que le vaccin contre la grippe peut faire du mal. 



Quelques extraits des commentaires de Trish Powers :

Je suis fière de faire partie du groupe des infirmières de «l’hôpital Brigham and Women». L’article du Globe de jeudi n’a pas expliqué la raison principale pour laquelle les infirmières Brigham se sont opposées à la politique de la vaccination obligatoire contre la grippe.

Le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à 59% et comporte des risques graves pour la santé qui ne sont pas communiqués aux personnes qui doivent se faire vacciner. Jusqu’en novembre 2013, le VAERS (le système fédéral américain d’enregistrement des effets secondaires vaccinaux) a reçu 93.000 rapports d’effets secondaires, hospitalisations; dommages de santé et décès à la suite de la vaccination contre la grippe. Ces rapports comprennent 1.080 décès, 8.888 hospitalisations et 1.811 handicaps.
C'est une loterie qui peut nous conter cher !! Mieux vaut s'abstenir et renforcer ses défenses immunitaires en contrôlant notre alimentation, en faisant de l'exercice en prenant des oligo éléments, de l'extrait de pépin de pamplemousse....

Les infirmières sont beaucoup mieux informées de ces données que le grand public. Elles sont nombreuses à penser que la faible efficacité du vaccin ne vaut pas la prise de pareils risques. C’est quand même autre chose que de petites préoccupations personnelles.

Pour prendre conscience du nombre de dommages de santé et de décès dus au vaccin contre la grippe pour lesquels le gouvernement américain a dû payer des dommages, voir : « Victimes dont la santé a été endommagée, ou personnes qui sont décédées à la suite du vaccin contre la grippe, et pour lesquelles le gouvernement Américain a dû verser des sommes de dédommagement

Médecins et infirmières menacés de perdre leur emploi s’ils critiquent le vaccin contre la grippe.
Dans la vidéo qui suit, Julie Sterns, une infirmière qui pratique depuis 30 ans évoque les dommages de santé qu’elle a pu observer après la vaccination contre la grippe.

Elle parle de sa fille qui est aussi infirmière et qui, l’année dernière, était enceinte de son premier bébé. C’était le premier petit fils de la famille. Sa fille a été contrainte à recevoir le vaccin contre la grippe, comme condition au maintien de son emploi malgré le fait qu’elle était enceinte.

C’est peu de temps après avoir reçu le vaccin que sa fille a perdu son bébé. La notice du vaccin précise que la sécurité du vaccin n’a pas été testée pour les femmes enceintes.

Elle explique aussi de la manière dont d’excellents médecins et infirmières qui osent remettre en question la médecine officielle  perdent leur emploi et sont menacés de perdre leur pension s’ils parlent un peu trop. Elle leur demande de se lever et de dire toute la vérité.



La fraude du vaccin contre la grippe -  Un médecin et scientifique du gouvernement dénonce.

Dr. Mark Geier discusses aspects of the flu vaccine

Dans la vidéo ci-dessus, le Dr Mark Geier parle de la fraude à propos du vaccin contre la grippe. Le Dr Geier n’est PAS anti-vaccin. Il est docteur en médecine et possède un doctorat en génétique. Il a passé dix ans à travailler à l’Institut National de Santé publique. Il a aussi été professeur à l’Université John Hopkins en tant que généticien. Il est également l’auteur de 150 publications évaluées par les pairs.

Il a travaillé pendant plus de 30 ans sur les problèmes d’efficacité et de sécurité des vaccins. Il est l’un des quatre scientifiques qui ont travaillé pour remplacer le vaccin DTC (Diphtérie-Tétanos-Coqueluche), un vaccin qui rendait les enfants malades avec forte fièvre, par le vaccin DTaC qui est un vaccin plus épuré et qui provoque de la fièvre dans seulement 3% des cas.

Dans la vidéo, il explique que le vaccin contre la grippe provoque le Syndrome de Guillain-Barré., et que le vaccin n’est pas très efficace dans la prévention de la grippe. Il explique aussi que le CDC  ne se conforme pas à la loi sur les vaccins en exigeant des tests de sécurité à long terme pour le vaccin contre la grippe comme cela se fait pour les autres vaccins. Il est en effet impossible de tester ainsi un vaccin qui change chaque année. Donc, le vaccin contre la grippe est fondamentalement un vaccin expérimental qu’ils veulent administrer à 300 millions de personnes chaque année. Il n’existe pas non plus d’étude  qui démontrerait l’innocuité du vaccin chez une personne qui se ferait vacciner chaque année. Toutefois, le Dr Geier souligne que le CDC est aussi une entreprise de distribution de vaccins qui représente 300 millions de doses par an, alors que le nombre des vaccins pour l’enfance s’élève à seulement 20 millions.

Le Dr Geier poursuit en expliquant  qu’il n’est pas adéquat de vacciner contre la grippe parce que vous devez revacciner chaque année, contrairement aux maladies infectieuses de l’enfance, comme la variole pour lesquelles on ne vaccine qu’une seule fois. Le Dr Geier souligne combien il est ridicule de dépenser des milliards de dollars pour un vaccin qui, au mieux pourrait sauver 50 vies par an, alors qu’il y a des problèmes beaucoup plus graves susceptibles d’entraîner des décès et qui mériteraient ce genre de dépense.

Source : Health Impact News  

* * * * * 

La résistance s’installe dans les hôpitaux !
AIDONS-LES en refusant les vaccins. 
La cabale compte sur notre peur de la maladie, 
alors qu'ils nous donnent la maladie.

Un tiers des infirmières quittent leur boulot 
et perdent confiance dans les vaccins


Par Dave Mihalovic, 10 septembre 2014

Il n’y a pas que les parents et les groupes anti-vaccinalistes qui se méfient des vaccinations. Beaucoup de médecins, d’infirmières et de professionnels de santé s’interrogent et finissent par réaliser la gravité des dommages que les vaccins peuvent engendrer. Les changements observés ces derniers temps chez les infirmières ont connu des niveaux records : plus d’un tiers  de celles-ci quittent leur emploi au cours des deux premières années de service. La confiance dans les autorités de santé et dans la vaccination est historiquement à son niveau le plus bas.

Une étude dans le dernier numéro de « Policy, Politics & Nursing practice »révèle  qu’environ 17,5 % des infirmières récemment diplômées quittent leur emploi au cours de la première année, et qu’une sur 3 (33,5%) le quittent au cours des deux premières années. Les auteurs soulignent de nombreux problèmes causés par ces changements et repris dans la littérature. Il semble cependant que de nombreuses infirmières sont tout simplement malheureuses et qu’un nombre croissant d’entre elles résistent aux vaccinations. Cette position pose des problèmes dans des régions où la vaccination a été rendue obligatoire.

Une étude parue dans la revue « Vaccine » et intitulée « Que se cache-t-il derrière le faible taux de vaccinations chez les infirmières qui s’occupent des nouveau-nés ? » (What lies behind the low rates of vaccinations among nurses who treat infants?) est-elle le prélude d’une résistance croissante à la vaccination des nourrissons dans les pays développés?

Ce qui est cependant malheureux est le fait que beaucoup d’infirmières qui refusent le vaccin pour elles-mêmes, continuent cependant d’administrer ces produits à des nouveau-nés pour protéger leur emploi. C’est tout à fait lâche, contradictoire et à tout le moins honteux, non seulement en tant que professionnelles de santé mais aussi en tant qu’êtres humains.

D’autres problèmes sont liés aux pressions que les médecins exercent sur les infirmières et qui induisent finalement les infirmières en erreur avec de faux sentiments de sécurité, leur faisant croire que les idées fausses des parents anti-vaccins ne sont fondées que sur des mythes.

Manque de confiance dans les autorités sanitaires
Dans les groupes de discussion, la majorité des infirmières ont exprimé, à divers degrés, leur manque de confiance dans les autorités de santé, surtout par rapport aux recommandations qui sont faites en matière de vaccinations.
Les infirmières ont exprimé leur frustration par rapport aux administrations s’occupant de la Santé. Elles se sont plaintes des traitements qu’elles ont reçus et qui ne respectaient pas leur personne.
Dans de nombreux pays, les infirmières ont fait part de leurs sentiments aux différents ministères de la Santé par rapport à la vaccination. Elles ne veulent pas qu’on leur dicte leur conduite. Elles veulent prendre elles-mêmes leurs décisions.

Commentaires concernant la grippe :
« Je me ferai vacciner si je le souhaite ; je suis adulte et responsable. Si je le veux je me ferai vacciner, peu m’importe ce que dira le médecin. »
Dans ce conflit entre elles-mêmes et leur profession, elles veulent avoir la possibilité de décider par elles-mêmes de se faire vacciner ou non.
Elles savent bien qu’elles doivent suivre des directives qu’on leur donne en ce qui concerne les soins à apporter aux nouveau-nés. Elles n’acceptent cependant pas aveuglément les recommandations en ce qui les concerne personnellement.
« Administrer des vaccins ou se faire vacciner n’est pas du tout la même chose…
Je puis personnellement être contre les vaccinations et pourtant ne pas m’opposer à la politique nationale de vaccinations. Se fait vacciner qui veut. »
« Je ne veux pas que l’on m’oblige à me faire vacciner, je ne veux pas, même si c’est obligatoire, même s’il s’agit de la coqueluche, je ne veux pas de vaccination. »
La plupart des infirmières ne se considèrent pas comme des modèles. Elles ne pensent pas qu’elles devraient révéler leurs croyances ou comportements personnels à leurs patients. Certaines infirmières cependant pensent que leur décision de ne pas se faire vacciner est problématique. C’est ainsi que des débats ont commencé entre les infirmières dans tous les groupes de discussion.
« Mes croyances, et ce que je fais en tant que personne ne concernent pas du tout ma profession. »
Dans de nombreux hôpitaux, les vaccins contre la grippe sont désormais obligatoires pour toute personne qui entre régulièrement à l’hôpital, y compris le personnel médical, les employés, les étudiants, les fournisseurs, ainsi que les bénévoles. Beaucoup d’infirmières sont confrontées à un choix difficile : soit elles acceptent de se faire vacciner, soit elles perdent leur emploi.

La peur des effets secondaires 
Les infirmières ont fait état de leur expérience sur les effets secondaires des vaccins. Elles estiment que le risque de contracter la maladie, la gravité de la maladie elle-même ne valent pas le risque de se faire injecter un vaccin qui n’a pas été testé suffisamment longtemps pour que l’on en connaisse tous les effets secondaires. Ceci concerne surtout les vaccins contre la grippe et la coqueluche.Les infirmières sentent que les autorités les utilisent comme cobayes.
De plus en plus de médecins n’administrent plus le vaccin Hib (vaccin contre la méningite) à leurs propres enfants. L
De même, un nombre croissant de médecins n’administrent plus le vaccin ROR (Rougeole-oreillons-rubéole) à leurs propres enfants auxquels ils veulent éviter l’administration d’un vaccin combiné. Ils sont également préoccupés par les problèmes de sécurité du vaccin. Ils préfèrent l’immunité naturelle à l’immunité induite par le vaccin. Ils possèdent également la conviction que des traitements spécifiques non médicaux permettent de résoudre facilement les cas de rougeole, des oreillons et de la rubéole. Des médecins non pédiatres  retardent l’administration de la vaccination DTCa (Diphtérie–Tétanos-coqueluche) au-delà de 6 mois. 15% des médecins non pédiatres ne voudraient pas administrer la première dose du vaccin ROR avant l’âge de 2 ans. Ces différents choix que les médecins font pour leur propre famille semblent bien refléter les mêmes préoccupations que celles des autres consommateurs informés de soins médicaux.

Un nombre croissant de médecins anti-vaccins
La plupart des médecins excluent de leur clientèle les patients qui ne veulent pas se faire vacciner, ainsi que les personnes qui posent trop de questions. Mais les choses évoluent : on rencontre aujourd’hui beaucoup de médecins qui tentent de faire tout leur possible pour informer au mieux leur clientèle sur les problèmes vaccinaux, ainsi que sur des méthodes alternatives. Il y a maintenant tellement de parents qui sont à la recherche de ce type de médecin que ces derniers sont inondés d’appels téléphoniques de parents qui veulent obtenir des conseils sur les alternatives à la vaccination. 

Le vent tourne et le mythe de la vaccination va prendre fin
Les idéaux anti-vaccinaux des infirmières sont une indication de la résistance qui se manifeste de plus en plus à l’intérieur des cercles médicaux. Les principaux facteurs déterminants sont la crainte des effets secondaires des vaccins, ainsi que la méfiance envers les autorités de santé.
Ces attitudes et leurs conséquences sont, dans le futur, susceptibles d’influencer le comportement du public vis-à-vis d’autres vaccins. Finalement  ce sont les médecins eux-mêmes, ainsi que les étudiants en médecine qui commenceront à douter de la «sagesse» vaccinaliste. Le château de cartes s’effondre et le public va finalement pouvoir se rendre compte des dessous du scandale vaccinal qui lui avait été imposé.


* * * * *

Lundi 23 avril 2012
Une étude revue par les pairs et publiée en février dernier dans la revue Vaccine tente de répondre à cette question (bien entendu, parce que cela fait obstacle aux vélléités de vaccination à tout prixun peu partout).

Elle a été réalisée en Israël auprès d'infirmières d'un Centre de Soins Mère-Enfant au sujet notamment des vaccins antigrippaux et anticoquelucheux.

Parmi les résultats, les chercheurs ont indiqué: "Perte de confiance dans les autorités de santé,surtout à la suite de la prétendue épidémie de grippe A/H1N1. En outre, les infirmières ne voient pas l’importance de servir de modèles pour le public. Elles réclament le pouvoir de décider de manière autonome si oui ou non elles vont recevoir les vaccins. Les infirmières qui veulent également qu’une différence soit établie entre leur rôle d’infirmières et leur vie privée, ont exprimé leurs craintes par rapport aux nouveaux vaccins. Elles présentent cependant de faibles niveaux de perception du risque. Les infirmières ont exprimé des idées fausses concernant la vaccination."

Au point 3.3 de l'étude, on peut notamment lire "Crainte des effets secondaires" ("Fear of side effects"), suivi du passage suivant:

"Les infirmières ont fait état de leurs expériences en matière d'effets secondaires de vaccins. Elles avaient le sentiment que la sévérité et le risque de contracter des maladies ne valaient pas celui de se faire vacciner avec un vaccin sur le marché depuis trop peu de temps que pour connaître ses possibles effets secondaires. Ceci concernait les vaccins contre la grippe et la coqueluche et elles avaient le sentiment que les autorités les utilisaient comme des cobayes."

Beaucoup de gens ont le sentiment de faire office de cobayes. La fausse pandémie de H1N1 et la teneur des contrats signés par les Etats a d'ailleurs montré que c'était bien le cas.
      
Les infirmières comme les médecins sont bien placés pour pouvoir constater au quotidien les effets secondaires des vaccins. Hélas, une certaine frange non négligeable du corps médical qui a pris conscience des risques des vaccins mais aussi de ceux qu’il y a à s’exprimer publiquement sur ce sujet tabou, préfèrent utiliser à bon escient leurs informations pour eux-mêmes afin d’éviter de se faire vacciner, tout en continuant cependant à vacciner leur patientèle comme si de rien n’était. 

* * * * 

VACCINS: L'OMS AVOUE QU'ELLE MET LA SANTE DU MONDE EN DANGER
Il est net que la vaccination a servi à la cabale à éliminer la population par des virus comme la fièvre jaune, le sida, Ebola ..et à la stérilisation.

Pour ceux qui n'ont toujours rien pigé sur les vaccins, voici des aveux supplémentaires et pas n'importe lesquels, ceux de la "grande" OMS, qui devraient faire comprendre à la fois l'ampleur du cynisme et l'irresponsabilité criminelle des prétendus "experts" mondiaux auxquels toutes les nations du monde obéissent pourtant au doigt et à l'oeil. Car il faut appeler un chat un chat et oser voir la responsabilité que nous avons tous vis-à-vis des générations futures dont l'avenir et la qualité de vie sont clairement et directement menacés par ces insoutenables manoeuvres d'apprentis-sorciers. Voici un extrait du rapport du Comité Consultatif sur la sécurité des vaccins de l'OMS (GACVS) de décembre 2013, tel que repris sur le site Mesvaccins.net :

Vaccin chimère contre l'encéphalite japonaise
Il s'agit d'un vaccin vivant, produit par recombinaison ciblée de virus de la fièvre jaune atténué (virus 17D utilisé comme vaccin anti-amaril) et de virus de l'encéphalite japonaise également atténué (souche SA-14-14-2). Au cours des essais pré-homologation, le vaccin s'est montré immunogène, y compris lorsqu'il a été administré en même temps que le vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR), et bien toléré, particulièrement chez l'adulte (les effets indésirables ont été moins fréquents qu'avec un vaccin plus ancien préparé sur cerveau de souriceau). Depuis, ce nouveau vaccin a été homologué en Australie, en Malaisie, aux Philippines et en Thaïlande, où il est disponible sous le nom d'Imojev®. Environ 49.000 doses ont à présent été utilisées, mais ce nombre est encore insuffisant pour permettre d'identifier les événements indésirables rares dont le vaccin pourrait être responsable. Il est également trop tôt pour savoir si un vaccin de ce type ne présentera pas un risque dans l'environnement, et le GACVS a exprimé son souhait d'être informé sur ce sujet. En effet, le virus artificiel qui a été créé pourrait évoluer de façon inattendue s'il trouvait à infecter des hôtes nombreux et variés, par exemple en se recombinant.

La probabilité d'un tel événement est considérée comme faible, puisque le virus provoque une virémie très brève chez l'homme et qu'il n'est pas capable d'infecter efficacement les moustiques. Son utilisation à grande échelle pourrait toutefois créer des opportunités, et la surveillance des événements indésirables post-vaccinaux est donc nécessaire. Ce risque de voir émerger des virus pathogènes à partir de vaccins se trouverait toutefois accru si d'autres vaccins à très large diffusion conçus sur le modèle de l'Imojev®, tel le candidat vaccin contre la dengue de Sanofi, venaient également à être utilisés (NDR).
NB: Ce candidat vaccin contre le dengue de Sanofi n'a évidemment pas été développé pour n'être administré qu'à quelques centaines de personnes. On remarquera donc le cynisme de ce Comité disant vouloir être informé des conséquences irresponsables qu'il prend en faveur des industriels mais certainement pas des gens. Il est important de rappeler que le virus de la fièvre jaune n'affecte PAS les pays asiatiques, il ne concerne donc pas cette partie du monde. Epidémiologiquement parlant et selon les climats et les zones, il faut remarquer que le virus de l'encéphalite japonaise n'affecte pas non plus par exemple de pays africains ou de pays d'Amérique du Sud or ici, on mélange des virus qui ne se rencontrent jamais dans la Nature, on crée donc de toutes pièces des combinaisons qui n'auraient jamais pu survenir naturellement. Dieu sait donc sur quelle nouvelle maladie future cela pourra déboucher. Manipuler de la sorte le vivant n'est pas sans conséquence. Le faire de façon aussi légère n'est plus de la Science, c'est du Scientisme. On remarquera enfin que le Comité estime que 49 000 sujets est un nombre trop faible pour pouvoir évaluer les effets secondaires plus rares (mais qui sont aussi souvent plus graves) OR dans les essais cliniques pré-commercialisation donc AVANT la mise sur le marché, les vaccins ne sont administrés en général que dans des groupes de quelques centaines ou quelques milliers de personnes mais jamais autant. Pourtant, cela n'empêche jamais les grands experts nationaux de recommander par principe ces vaccins fraîchement sortis en les déclarant sûrs sur base de ces essais cliniques inconsistants et tout à fait insuffisants. Nous sommes donc ici confrontés à un Xème mensonge, une Xème incohérence de l'idéologie vaccinaliste.