mardi 13 juin 2017

++13/06 - DES MOINE DE TIBHIRINE EN ALGÉRIEÉGORGÉS EN 1996   
À L'ATTENTAT DE SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY EN 2016. 


Notre gouvernement nous fait servir les mêmes mensonges par leurs médias.

Les propos de ce moine rescapé de Tibhirine trouvent un écho particulier après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

Entre ces deux événements tragiques, 20 ans se sont écoulés.
Le mardi 26 juillet 2016, un prêtre a été égorgé dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, par des terroristes se revendiquant de Daesh. 
En 1996, sept moines chrétiens étaient enlevés au monastère de Tibhirine, en Algérie, puis assassinés par le Groupe islamique armé (GIA).
Bien que très différents, ces deux drames présentent quelques points communs. Dans les deux cas, ce serait une organisation terroriste islamiste qui a mené l'attaque. Le GIA en 1996 (même si sur ce point, plusieurs thèses existent, il pourrait en effet également s'agir d'une bavure de l'armée algérienne ou d'une manipulation des services militaires algériens afin de justement discréditer le GIA), l'Etat islamique aujourd'hui, selon les dernières informations dont nous disposons. Dans le premier cas, les moines ont été enlevés dans leur lieu de culte, un monastère, puis décapités. Dans le deuxième, le prêtre Jacques Hamel a été égorgé alors qu'il officiait à l'église.
Evidemment, le contexte est profondément différent. En 1996, on est en pleine guerre civile algérienne et montée de l'islamisme. Mais 20 ans plus tard, ce sont les propos de l'un des deux rescapés de l'assassinat des moines de Tibhirine qui prennent un tout autre sens et qui montrent comment un tel événement peut être perçu par un homme de foi.

Cet homme s'appelle Jean-Pierre Schumacher. Il a aujourd'hui 92 ans, est le dernier survivant de l'assassinat à Tibhirine et vit au Maroc dans une communauté chrétienne. Dans la nuit du 26 au 27 mars, il s'en sort indemne, les assaillants croyant que les moines n'étaient que 7 dans le monastère alors qu'ils étaient 9.
Après avoir appris le décès de ses frères moines, il dit alors "Il faut vivre cela comme quelque chose de très beau, de très grand. Il faut en être digne. Et la messe que nous dirons pour eux ne sera pas en noir. Elle sera en rouge". Noire, couleur du deuil, rouge, couleur des martyrs. En 2011, il expliquait en effet au Figaro: "Nous les avons tout de suite vus, en effet, comme des martyrs. Le martyre était l'accomplissement de tout ce que nous avions préparé depuis longtemps, dans notre vie. Ces années que nous avions vécues ensemble dans le danger. Nous étions prêts, tous. Mais cela n'a pas exclu la peur."
Quelques heures après la décès du prêtre Jacques Jamel, c'est ce même mot de "martyr" qui est employé par certains membres de l'Eglise. "Avec toute l'Eglise, je crie vers Dieu. Prions pour notre frère prêtre, martyr. Que sa vie, son don total au Dieu d'Amour guide nos pas", a tweeté l'évêque de Bayonne, Monseigneur Aillet.

Interrogé régulièrement par les médias, surtout depuis que l'assassinat des moines de Tibhirine a inspiré le film Des hommes et des dieux, le Père Jean-Pierre ­Schumacher, est revenu sur ces morts tragiques et sur la relation profonde qui existait entre chrétiens et musulmans, étant persuadé que le dialogue doit se faire, même avec les islamistes, qu'il appelle d'ailleurs "les frères de la montagne".
"Le visage que l'humanité offre à nos regards se crispe de trop fréquentes convulsions", "ces violences lointaines nous atteignent (...) notamment quand certains musulmans se retrouvent injustement mis en cause dans sa globalité", explique-t-il dans le livre "L'esprit de Tibhirine".
---------------------
Massacre de Tibhirine: le témoignage de Karim Moulai. Qui a organisé l’enlèvement et fait égorgé les moines?
Dans les cercueils, la tête et du sable. Pas de corps.




Tibhirine: la manipulation
Pourquoi David Pujadas a fini par être viré :
Attentats à Paris : Marc Trevidic, ancien juge antiterrosriste, dit ses 4 vérités
"Nous sommes en guerre"
Des films et jeux violents sont offerts à nos jeunes pour les inciter à vouloir aller se battre en Syrie ou autre.
Tibhirine : le jour où Marc Trevidic fut agressé et détroussé à Alger
Assassinat des moines de Tibhirine
Vingt ans après l'assassinat des sept moines français, leurs proches mettent toujours en cause la version officielle d'un crime islamiste.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Assassinat_des_moines_de_Tibhirine

MARC TREVIDIC : "Je veux savoir la vérité sur les moines de Tibhirine"
https://www.youtube.com/watch?v=Aj7Gkra2Awc

Livres :
"Terroristes : les sept piliers de la déraison" - Janvier 2014
Qu’est-ce qui pousse Stéphane, seize ans, issu d’une famille ordinaire, à se convertir à l’islam et à se radicaliser ? Pourquoi Assya, élevée laïquement en France, décide-t-elle de porter le niqab et de s’inscrire sur un site de rencontres communautaires ? Que part chercher Abou Hamza dans les montagnes afghanes ?... Un juge, l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes, nous fait pénétrer au cœur du « Jihad individuel ». Illustrant ses propos théoriques par des récits, il se met dans la peau d’apprentis terroristes, pour tenter de comprendre leur progression insidieuse vers la déraison. Car les « petites histoires du terrorisme » nous en apprennent bien plus que tous les discours dogmatiques.

" Qui a peur du petit méchant juge ?  octobre 2014
On connaît tous les Trois Petits Cochons et le Grand Méchant Loup. Mais connaît-on aussi bien le Petit Méchant Juge ?
Pour éclairer notre lanterne, Marc Trévidic, juge d'instruction au pôle antiterroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris, nous propose un voyage aussi riche que personnel dans l'histoire et les arcanes de la justice. De la Révolution française à nos jours, il brosse un portrait vivant de la figure du juge, ce lieutenant-criminel devenu, au fil du temps, juge d'instruction, qui semble toujours coincer aux entournures de l'Élysée.
Dans un monde d'apparences où le pouvoir et la corruption se présentent parfois comme les deux faces d'une même pièce, la justice doit se garder de tous les côtés. Un exercice de haute voltige auquel le Petit Méchant Juge est bien décidé à ne pas renoncer.
------------------------
L'Esprit de Tibhirine Jean-Pierre Schumacher, Nicolas Ballet
Ce livre est né d’une rencontre : celle du frère Jean-Pierre Schumacher et de Nicolas Ballet. Pendant un mois et demi, le journaliste est allé recueillir la parole du moine trappiste au monastère Notre-Dame de l’Atlas, à Midelt (Maroc), où il vit depuis douze ans.
Au fil de longs entretiens, le dernier survivant de Tibhirine a accepté de se confier sur le drame qui a emporté sept de ses frères au printemps 1996. Il apporte des informations inédites sur la nuit de l'enlèvement et détaille les nombreuses épreuves traversées par l’abbaye au cours des décennies précédentes : c’est le premier témoignage direct sur les difficiles années de relance de Tibhirine au lendemain de l'indépendance algérienne, dans un pays à la fois socialiste et musulman. À travers l’itinéraire spirituel de cet homme de foi se dessine le portrait du XXe siècle, entre guerres, décolonisation et ouverture au monde.
Aujourd’hui, frère Jean-Pierre et les siens poursuivent, fidèles à l’esprit de Tibhirine, le dialogue avec les musulmans dans leur prieuré marocain de Midelt, « laboratoire d’espoirs pour nos sociétés » crispées par la question de l’islam.
Frère Jean-Pierre, 88 ans, est moine trappiste et prêtre au prieuré de Notre-Dame de l’Atlas, à Midelt. La nuit du 26 au 27 mars 1996, il a échappé par miracle à l'enlèvement de sept de ses frères au monastère de Tibhirine.
Nicolas Ballet est journaliste au Progrèsà Lyon et chargé de cours à l’Institut d’études politiques de cette ville. Son enquête « Tibhirine : tous les chemins mènent à Lyon » a obtenu le 3e prix Varenne de la presse quotidienne régionale en 2011.
-------------------------------------
Algérie : Les familles des moines de Tibhirine parlent

-------------------------------------
Vidéo - Témoignage Père Jean Pierre Schumacher Moines de Tibhirine "Maroc 2012"
Père Jean Pierre Schumacher moine de N. D. de l'Atlas – Monastère de Tibhirine
Après le décès du Père Amédée Noto, le Père Jean-Pierre ­Schumacher, 86 ans, est le dernier survivant du monastère de Tibhirine. Actuellement moine à Notre-Dame-de-l’Atlas, au Maroc, il raconte ­comment il a vécu la funeste nuit du 26 au 27 mars 1996. Un témoignage exceptionnel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.