dimanche 18 juin 2017

19/06 - MINISTRE HONGROIS ANTO-IMMIGRATION : 
«GEORGE SOROS A L'INTENTION 
DE POUSSER LE GOUVERNEMENT HONGROIS DEHORS». 

George Soros et Peter Szijjarto
Les rebelles, ça ne plait pas au Gouvernement mondial.
Ce n'est pas George Soros ni les ONG qui doivent prendre des décisions sur l'avenir de l'Europe

Le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto revient pour RT sur le scandale autour de la fermeture de la CEU, une université de Budapest financée par George Soros, la crise migratoire et les tensions avec l'Union européenne.
RT : La politique migratoire est depuis longtemps une pomme de discorde entre Budapest et Bruxelles. Vous affirmez qu’il s'agit là d'une compétence de base de l’État ; Bruxelles estime qu’il doit y avoir une certaine répartition des charges. A votre avis, peut-il y avoir un compromis à ce sujet, même un compromis symbolique ? Car chacun tente ici de mettre l’autre au pied du mur.
Peter Szijjarto (P. S.) : Nous avons été très clairs à ce sujet : aucun immigré illégal n’est autorisé à accéder au territoire hongrois. Quelle que soit la pression que les médias internationaux, l’UE ou n’importe quelle institution européenne puissent exercer sur nous, nous ne laisserons personne entrer sur le sol hongrois illégalement. C’est le premier point.
Second point : en ce qui concerne la répartition des charges, nous avons dépensé énormément d’argent pour nous doter des moyens de protéger notre frontière, qui est la frontière extérieure de la zone Schengen. La zone Schengen est dotée de règles très claires, qui indiquent que tous les pays situés à la frontière extérieure sont obligés – je souligne : obligés – de s’assurer que leur frontière puisse être traversée seulement aux postes de douane officiels et aux heures d’ouverture. Nous nous conformons à ces demandes, et ensuite on nous critique…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.